Pompe à chaleur

Pompe à chaleur en France

Pompe à chaleur ou PAC en France

Depuis le début de l’année 2010, en fonction du type de pompe à chaleur que vous souhaitez installer, vous devrez faire face à une hausse de la TVA (passée de 5,5 à 19,6 %) ainsi qu’à une baisse significative du crédit d’impôt (de 13 à 23 %).

Cependant, vous êtes toujours à même de bénéficier de l’éco prêt à taux zéro si, et seulement si, votre pompe à chaleur est intégrée à un ensemble de travaux à vocation écologique (isolation des combles, chauffe eau solaire,…).

L’été arrive et les pompes à chaleur vont fonctionner à plein régime. Alors pour éviter tout risque (légionellose, matériel défectueux,…) une nouvelle réglementation visant les pompes à chaleur et les systèmes de climatisation vient d’entrer en vigueur.

8 points pour tout savoir sur la pompe a chaleur :

1 – Une nouvelle carte des aides financières

Pompe à chaleur : une nouvelle carte des aides financières

On l’attendait, elle est arrivée ! Elle, c’est la nouvelle cartographie des aides financières concernant les pompes à chaleur. Consultable sur le site du Syndicat des Energies Renouvelables, elle vous renseigne sur les montants alloués par l’État pour l’installation d’une pompe à chaleur.

Le marché des pompes à chaleur français est en progression régulière depuis les années 1995. En 2009 plus de 100 000 pompes à chaleur (hors air/air) ont été vendues, parmi lesquelles environ 15 000 pompes à chaleur géothermiques qui valorisent l’énergie du sol. Aujourd’hui près de 600 000 foyers français sont équipés d’une pompe à chaleur et le Grenelle de l’environnement prévoit un objectif de 2 millions de PAC installées en France d’ici 10 ans.

Comment ça marche ?

Les aides financières varient en fonction des régions d’habitation et même parfois en fonction des municipalités. Difficile donc parfois de s’y retrouver. Établie à partir des informations fournies par les espaces info énergie, l’Agence du Développement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) et les régions, cette cartographie des aides financières pour les pompes à chaleur, vous renseigne sur les aides que vous êtes à même de percevoir pour votre projet.

Les informations qu’elle contient peuvent également être consultées auprès de l’Espace Info Energie le plus proche de chez vous, du conseil régional ou encore des collectivités locales.

Quelles aides ?

Utile pour les propriétaires qui souhaitent entreprendre l’installation d’une pompe à chaleur, cette carte leur permettra de savoir ce qu’ils devront débourser pour ce type de travaux. En Ile-de-France, par exemple, deux types d’aides cohabitent.

D’une part les aides communautaires et d’autre part les aides régionales, avec des différences en fonction de différents critères (projet collectif (immeubles…), projet particulier…) Pour des informations relatives à l’installation de pompe à chaleur dans les autres régions, rendez vous sur le site www.enr.fr, rubrique « nos filières », « géothermie et PAC » et « aides locales ». Il vous suffit ensuite de cliquer sur la région qui vous concerne et le tour est joué

2 – L’actualité

Pompe à chaleur réversible : une nouvelle réglementation

Quelles nouveautés ?

Les pompes à chaleur réversibles, c’est-à-dire qui occupent les fonctions de chauffage et de climatisation, dont la puissance frigorifique est supérieure à 12 kilowatts, devront désormais être soumises à une inspection au moins une fois tous les 5 ans. Par ailleurs, pour les systèmes déjà en place, une inspection devra avoir lieu dans les 3 ans à venir et même 2 ans pour les appareils d’une puissance supérieure à 100 kilowatts.

Pourquoi ?

Un système de climatisation, découlant d’une pompe à chaleur, mal entretenu peut faire courir des risques très importants aux personnes présentes dans le bâtiment. En cause, les tours auto-réfrigérantes, situées sur le toit et qui sont chargées de refroidir l’eau chaude circulant dans les systèmes de climatisation.

Si un entretien régulier n’est pas effectué sur ce matériel, les légionelles (bactéries) prolifèrent, circulent ensuite dans les conduits et se propagent via la climatisation. On ne compte plus les cas de légionellose dans les entreprises ou chez les particuliers, lorsque les systèmes de refroidissement mal entretenus sont remis en route à l’approche de l’été. La nouvelle législation permettra d’être beaucoup plus vigilent sur ce point.

A qui l’initiative ?

C’est au propriétaire ou au syndicat de copropriétaire que revient l’initiative de cette inspection. Elle devra avoir lieu avant le 2 octobre 2012 pour les pompes à chaleur réversibles, les systèmes centralisés et les pompes à chaleur sur boucle d’eau réversibles dont la puissance frigorifique est supérieure à 100 kilowatts. Pour les pompes à chaleur réversibles et les systèmes de climatisation d’une puissance frigorifique supérieure à 12 kilowatts, c’est la date du 3 avril 2013 qui a été retenue.

Pompe à chaleur air/air : hausse de la TVA

Pour l’installation de ce type de pompe à chaleur, vous devrez désormais faire avec une TVA ramenée à 19,6%, le crédit d’impôt restant le même qu’en 2009. Les pompes à chaleur fonctionnant avec un fluide frigorigéne adapté au hautes températures. Elle peut venir en remplacement d’une ancienne chaudière couplée à des radiateurs à eau.

Pompe à chaleur air/eau : baisse du crédit d’impôt

Depuis le 1er janvier 2010, les personnes installant des pompes a chaleur air eau ne bénéficient plus d’un crédit d’impôt de 40%, mais seulement de 25%. Par contre, la TVA reste au taux de 5,5%.

Devis gratuits pompe à chaleur Payer moins d’impôts grâce à sa PAC

Comment économiser l’énergie non renouvelable tout en économisant ses finances personnelles ? L’installation d’une PAC permet de répondre aux deux objectifs. Explications. Depuis les années 2000 et plus récemment le Grenelle de l’Environnement, les pouvoirs publics ont mis en place une politique fiscale visant à inciter les Français à recourir aux énergies renouvelables. Votre pompe à chaleur est donc une nouvelle manière d’économiser !

Du changement pour les pompes à chaleur (PAC)

En plus de la baisse du crédit d’impôt, les coefficients de performance (COP) que les PAC doivent atteindre pour ouvrir droit à la fameuse aide financière, ont été augmentés. Ainsi, les appareils utilisés pour chauffer l’eau sanitaire sont désormais soumis à ces conditions :

  • COP de 2,5 pour les PAC captant l’air (ambiant ou extérieur),
  • COP de 2,9 pour les PAC captant l’air extrait,
  • COP de 2,5 pour les PAC géothermiques.

Auparavant, les COP étaient de 2,2 pour chacun de ces appareils.

Bon à savoir : Les pompes à chaleur air/air ne sont plus éligibles au crédit d’impôt.

Comment ça marche ?

Le crédit d’impôt autorise un contribuable à déduire de son impôt sur le revenu une partie des dépenses engagées pour faire des travaux, dans sa résidence principale, afin d’améliorer sa consommation d’énergie. Si le crédit d’impôt est supérieur à l’impôt dû, l’administration fiscale rembourse le contribuable.

Pour quel type de pompe à chaleur ?

pompe à chaleurLe crédit d’impôt est applicable pour les PAC géothermiques ou AIR/EAU, dont le COP (Coefficient de performance), la rentabilité de fonctionnement des PAC, est supérieur ou égal à 3,3. Les autres économies possibles :

– Moins de TVA ! Le taux réduit de 5,5% s’applique pour la fourniture et l’installation d’une PAC dans la résidence principale et aussi dans une résidence secondaire neuve, à condition qu’elle ait été achevée depuis plus de deux ans. (Cette aide est en vigueur jusqu’au 31 décembre 2010).

– Selon les régions, certains départements ou même des communes, proposent des primes pour l’installation de pompes à chaleur.

– L’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) accorde aussi des aides

– sous certaines conditions – pour l’installation d’une pompe à chaleur. La pompe à chaleur, un bon moyen de faire des réserves !

ÉVITEZ la TAXE CARBONE

La taxe carbone concerne les équipements émetteurs de CO2. La somme imposée (17€/tonne) vise à favoriser l’installation d’équipement préservant l’environnement.

Conseils pratiques sur la PAC avec le site pompe a chaleur

2 – Fonctionnement

Comment ça marche ?

Fonctionnant comme un réfrigérateur, mais à l’envers (production de chaud), la pompe à chaleur capte les calories présentes dans la nature (eau, air) pour ensuite les transformer en énergie, puis en chauffage. D’un point de vue économique, une pompe à chaleur vous permettra de réaliser 75 % d’économie de chauffage par an.

La pompe à chaleur absorbe les calories présentes naturellement dans l’air et par l’intermédiaire d’un dispositif interne (compresseur, détendeur, condenseur,…) transforme ces calories en chaleur, laquelle est diffusée dans toute la maison. Pour pomper de la chaleur , à la source froide et lui faire monter l’échelle des températures , il convient de faire circuler un fluide , le fluide frigorigène , dans un circuit fermé . Ce circuit parcourt la source chaude sous haute pression ou le fluide cède de la chaleur à haute température.

Des capteurs horizontaux ou verticaux sont installés dans votre jardin. L’installation est plus contraignante que pour le système à air, mais la puissance de la pompe à chaleur géothermique est supérieure. La résistance d’appoint peut être remplacée par un autre moyen de chauffage , tel qu’une chaudière en relève ou une poêle à bois ……. La variation de puissance améliore les performances en mi-saison ou en période peu froide. Les échangeurs travaillent avec des écarts de température plus faibles et donc le COP est amélioré.

La pompe à chaleur utilise les calories présentes dans l’air ou dans le sol pour ensuite les transformer en énergie pour l’habitation, à travers un système comprenant, entre autres, un compresseur, un détendeur et un condenseur. La pompe à chaleur permet donc de produire du chauffage, mais aussi de l’eau chaude sanitaire, grâce à une installation spécifique : un ballon d’eau chaude est alimenté par une pompe captant la chaleur émise par les appareils électroménagers ou la chaudière par exemple.

La pompe à chaleur permet également de produire de l’eau chaude sanitaire, grâce à une installation spécifique, indépendante du système de chauffage : ce chauffe-eau thermodynamique se présente sous la forme d’un ballon d’eau chaude alimenté par une pompe captant la chaleur émise par les appareils électroménagers ou la chaudière par exemple.

Pour choisir sa pompe à chaleur de façon optimale, quatre éléments doivent être pris en compte, à savoir : le type de pompe (air, eau ou sol), les dimensions de l’appareil, le système de diffusion de la chaleur (chauffage au sol ou radiateurs) et enfin les options éventuelles (eau chaude sanitaire, climatisation). La pompe à chaleur aérothermique emmagasine les calories présentes dans l’air extérieur au-dessus de 0 °C. Elle augmente la température des calories et les restitue dans le circuit de chauffage avec :

  • de l’air : la pompe distribue l’air chaud dans des convecteurs à ventilation. Il s’agit d’une pompe à chaleur air/air,
  • de l’eau : la pompe est raccordée au circuit hydraulique de la maison. Elle chauffe les tuyaux d’un plancher chauffant ou de radiateurs à basse température. C’est une pompe à chaleur air/eau.
  • Pour les pompes à chaleur destinées au chauffage de l’habitat, le dégivrage de l’évaporateur se fait par inversion du cycle frigorifique : une vanne 4 voies permute la circulation du fluide frigorigène en l’évaporateur et le condensateur. C’est a dire que l’évaporateur devient le condenseur et vice versa; Ainsi la chaleur apportée à l’échangeur extérieur permet de faire fondre rapidement de la glace et le givre qui l’encombrent. La mise en marche des ventilateurs évacue l’eau présente entre les ailettes.

 

Comment entretenir ma PAC ?

On a la PAC qu’on mérite ! Pour qu’elle maintienne un bon niveau de performance, la pompe à chaleur doit être entretenue. Meilleur l’entretien, plus belle la PAC… Mode d’emploi. Il faut tout d’abord différencier les deux niveaux d’entretien, lourd et léger. La vérification et la maintenance lourde du matériel et du système doivent être faites par le professionnel qui a procédé à l’installation de la PAC.

Son professionnalisme implique qu’il vous assure le service après-vente et, au-delà, l’entretien de tout le système, comme un chauffagiste traditionnel. Cette vérification en profondeur de l’installation est à faire faire une fois par an. Particulièrement contrôlée : l’étanchéité du système. Les contrats de maintenance incluent cette visite annuelle. Pour les PAC réversibles, la fréquence de contrôle est de deux fois par an.

À faire soi-même Certaines petites opérations d’entretien courant sont en revanche à faire soi-même et dépendent du type de pompe : PAC aérothermique. Le principe étant basé sur la circulation de l’air chaud, il faut que celui-ci puisse circuler librement. Il faut donc dégager régulièrement l’unité extérieure de l’installation de tout obstacle : feuilles mortes, débris, etc.

Il faut aussi nettoyer toutes les bouches d’insufflation et les unités dites à détente directe : dépoussiérage et eau savonneuse. PAC géothermique. L’utilisateur n’a pas d’entretien à faire lui-même. Et le recyclage ? Une pompe en fin de course doit être démontée par un professionnel.

Quelles économies ?

D’un point de vue économique, une pompe à chaleur vous permettra de réaliser 75 % d’économie de chauffage par an. Par ailleurs, l’installation (entre 6 000 et 20 000 euros TTC) sera très vite amortie par les gains d’énergie que vous réaliserez. Au niveau écologique, ce type de matériel permet de réduire grandement les émissions de gaz à effet de serre.

Pour un fonctionnement optimal, votre pompe à chaleur devra être entretenue au moins une fois par an par un professionnel. De plus, la différence de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur ne devra pas être trop conséquente.

Une solution rentable et écologique

L’ installation d’une pompe à chaleur est des plus rentables ! Elle permet de réaliser 75 % d’économies de chauffage par an. D’autant plus que l’utilisation des énergies fossiles revient de plus en plus cher : que ce soit le gaz ou le fioul, ces énergies dites « épuisables » voient leur prix augmenter un peu plus chaque année.

Par ailleurs, le système de pompe à chaleur est très écologique : un killoWh de chaleur produit par le biais d’une pompe à chaleur génère quatre fois moins de CO2 qu’un killo Wh de chaleur produit par une chaudière au fioul ou au gaz par exemple.

En France, depuis  2005, avec un parc estimé à 130 000 pompes à chaleur, c’est l’équivalent de 520 000 tonnes de CO2 qui n’ont pas été rejetées dans l’atmosphère. A noter que vous bénéficiez toujours d’un crédit d’impôt de 25 % pour l’installation d’une pompe à chaleur. Une autre bonne raison pour s’équiper sans plus attendre !

3 – Crédit d’impôt

Les conditions

Pour prétendre à un crédit d’impôt, la pompe a chaleur doit avoir un coefficient de performance (COP) supérieur ou égal à 3,2 : cela signifie que la pompe à chaleur restitue au minimum 3,2 Kwh de chauffage pour 1 Kwh d’électricité consommée.

L’harmonisation de la fiscalité

Le gouvernement annonce la fin du redressement imputé sur une installation de pompe à chaleur avant le 11 juillet 2007. Le crédit d’impôt de 50% s’applique aujourd’hui à la seule unité extérieure. L’État n’est, depuis le 22/09/07, plus en droit de demander la rétroactivité de cette mesure pour une installation pompe a chaleur antérieure au 11 juillet 2007.

4 – Energie gratuite et inépuisable

La pompe à chaleur se définit par la puissance de ses performances : elle produit 3 à 4 Kwh pour seulement 1 Kwh d’énergie électrique consommé ! Le COP est en moyenne toujours supérieur à 3. La pompe a chaleur est donc un équipement écologique et économique. Attractive, elle consomme moins d’énergie qu’elle n’en produit. La pompe à chaleur permet de se chauffer en utilisant de 3 à 4 fois moins d’électricité qu’avec un système de chauffage électrique classique.

La puissance d’une pompe à chaleur lui permet de fonctionner de manière entièrement autonome et de remplacer votre système de chauffage existant (à condition d’être équipé en radiateurs basse température avec une large surface d’échange thermique).

Particulièrement recommandée en cas de manque de place sur le toit ne permettant pas l’installation de capteurs thermiques.

L’arrivée des pompes a chaleur haute température aérothermique.

La différence se situe au niveau des compresseurs qui sont capables de monter l’eau à de hauts niveaux, quelque soit la température extérieure. Ce nouvel équipement présente tous les avantages des pompes à chaleur classiques : couplage avec une installation existante, chauffage de la maison et eau chaude sanitaire, aucun rejet de CO2 dans l’air.

L’ADEME encourage le choix des pompes à chaleur plus performantes, telle que la technologie haute température.

En aérothermie ,la pac transforme en chaleur les calories contenues dans l’air.

5 – Pompe à chaleur aérothermique, pompe à chaleur géothermique

Il existe 2 modes de fonctionnement pour une pompe à chaleur:

Pompe a chaleur aérothermique : l’énergie de l’air

La pompe à chaleur utilise les calories de l’air extérieur, et les renvoie dans le circuit de chauffage, via un fluide frigorigène. Elle est idéale pour compléter les chauffages déjà existants (fioul ou gaz). Plus facile à installer qu’une pompe à chaleur géothermique, la pompe a chaleur à air a un COP légèrement moins élevé. Un appoint électrique est généralement nécessaire pour fournir un complément de chauffage à la pompe à chaleur. Cet équipement pompe a chaleur air est simple à mettre en œuvre.

A un coût très économique, cette pompe a chaleur permet d’alimenter le circuit hydraulique d’un plancher chauffant. Le système laisse la possibilité d’équiper une seconde zone.

Pompe à chaleur géothermique : l’énergie du sol

La pompe à chaleur prélève la chaleur à l’aide de capteurs enfouis dans le sol et la réchauffe puis la transfère dans le circuit hydraulique de l’installation du chauffage.La géothermie utilise la chaleur que renferme la terre pour la restituer et l’optimiser. Selon la méthodologie choisie, les équipements extraient les calories de différentes sources : le sol , l’eau ou l’air

6 – Choisir selon son terrain

Supérieur à 200m2 : vous avez tous les choix de PAC
Inférieur à 200m2 : vous avez le choix entre une pompe à chaleur aérothermique ou une géothermique à capteurs horizontaux (si votre terrain n’est pas rocailleux).

7 – Les prix

Les prix d’une pompe a chaleur varient selon le modèle.

Pompe à chaleur aérothermique

Selon les options de votre pompe à chaleur (capacité de production, rafraichissement), la pompe a chaleur coûte entre 6000 à 12000 euros. Si vous optez pour une PAC haute température, les prix peuvent atteindre les 15000 euros.

Pompe à chaleur géothermique

Une PAC à capteur horizontal s’estime en moyenne de 70 à 100 euros par mètre carré chauffé, soit 135 euros /m². Si vous optez pour les capteurs verticaux, l’installation de la pompe a chaleur sera de 145 à 185 euros /m². Le surcoût s’explique par la réalisation des travaux.

En géothermie , la pac récupère l’énergie du sol qui est produite par l’action du soleil,
des vents et des pluies. La récupération de l’énergie gratuite fournie par la nature s’effectue en trois phases , 1ere phase absorption de l’énergie par le capteur glycicole.
2eme phase transformation d’énergie par le générateur géothermique. 3 eme phase :
restitution de l’énergie par les émetteurs de chaleur.

La consommation de votre équipement

Dans le prix global, il faut bien sûr compter la consommation d’électricité, soit 2,30 à 3,50 euros par an et par mètre carré au prix d’une pompe a chaleur .

8 – Innovations surprenantes

En été, pas de réversibilité !

C’est le projet d’un immeuble “passif” parisien (livré fin 2009), ayant installé sur son terrain un système géothermique. Même à 30°, la pompe a chaleur continue à produire de la chaleur pour l’eau chaude sanitaire. Elle aide au rafraichissement, mais de façon indirecte :

un puisage sur le circuit de retour de la pompe permet d’alimenter un deuxième échangeur (batterie froide) dans la ventilation double flux et de rafraichir l’air. Le fluide frigorigène du circuit géothermique de la pompe, alimente directement un échangeur dans la ventilation double-flux. Ainsi, le logement est rafraichi sans inverser la pompe, tout en gardant l’avantage de chauffer l’eau sanitaire !

Existe-t-il des mesures fiscales pour les logements mis en location ?

Dans la perspective d’économie d’énergie et de développement durable, l’État a revu sa politique d’imposition sur les pompes à chaleur, en élargissant l’éligibilité aux propriétaires bailleurs. Le crédit d’impôt a été élargi aux propriétaires bailleurs d’un logement achevé depuis plus de deux ans.

Le propriétaire doit s’engager à louer le bien non meublé, pour une durée minimale de cinq ans. Le logement doit servir d’habitation principale au locataire, qui ne doit pas appartenir au foyer fiscal du propriétaire. Cet engagement doit être déposé avec la déclaration des revenus annuels. La location doit être continue et effective pendant les cinq années.

Si, toutefois, le locataire rompt le contrat de bail, le propriétaire doit prouver qu’il a remis le bien en location (annonces, contrat avec agence de location… à des conditions non dissuasives). Si le bien n’est pas loué dans un délai de douze mois, le crédit d’impôt est remis en question.

À l’inverse de l’habitation principale, le montant des dépenses ouvrant droit au crédit d’impôt ne dépend pas de la situation familiale. Il est plafonné à 8 000 € par logement, pour la période de 2009 à 2012, dans une limite de trois logements loués ou destinés à la location.

Pour les parties communes de l’immeuble collectif où est situé le bien loué, les dépenses sont couvertes par le crédit d’impôt. Si les travaux sont payés par l’intermédiaire du syndic, le contribuable doit présenter l’attestation définissant la date de paiement des travaux.

 

 

Spread the love

Laisser un commentaire